Qui a inventé la pizza ?

Déjà dans l’antiquité, Egyptiens, Romains et Grecs consommaient déjà des pains où l’on déposait dessus de la garniture (semblable à la focaccia de nos jours). Cependant, c’est en Campanie, la région du sud de l’Italie où se trouve Naples, que la pizza moderne est née.

Naples, le berceau de la pizza moderne

La pizza a une longue histoire. Les anciens Égyptiens, Romains et Grecs mangeaient des pains plats avec des garnitures, comme nous le faisons aujourd’hui (focaccia). Naples, dans la région italienne de la Campanie, est le berceau de la pizza.

Naples a été fondé vers 600 avant J-C par les Grec dans l’Antiquité. Cette cité était considéré comme une colonie grecque. Du 18e siècle au début du 19e siècle, Naples était une ville côtière prospère. Sa grande population de travailleurs pauvres (lazzaroni) la rendait tristement célèbre. Pour se rendre à Naples, il fallait traverser la baie, ce qui rendait la population plus dense à mesure qu’on s’en rapprochait.

Les napolitains voulaient de la nourriture rapide et bon marché. La pizza – un pain plat garni de divers ingrédients, vendu par des vendeurs de rue ou des restaurants informels et consommé à tout moment.

Cette première pizza, consommée par les pauvres de Naples, comportait des garnitures telles que des tomates, du fromage, de l’huile, des anchois et de l’ail, qui sont aujourd’hui très populaires.

Pizza margarita

La reconnaissance royale de la pizza

L’histoire de la pizza allait connaître son premier tournant lors de la visite à Naples du couple royale de roi Umberto I et la reine Margherita en 1889. On raconte que le roi et la reine se lassaient de leur habituelle haute cuisine française. Ils se sont donc rendus à la Pizzeria Brandi de Naples, le successeur de La pizzeria Da Pietro, et ont demandé une variété de pizzas.

L’une des préférées de la reine était une pizza garnie de mozzarella (blanc), de tranches de tomates (rouges) et de basilic (vert) (représentant les couleurs du drapeau italien). Depuis lors, la pizza mozzarella, tomate et basilic a été baptisée Pizza Margherita.

Cette intérêt de la reine Margherita pour la pizza aurait pu accélérer la popularité de la pizza dans tout le pays. Il n’en n’est rien, et la pizza restera anonyme dans toute l’Italie (sauf à Naples) jusqu’à l’arrivée de la seconde guerre mondiale.

La traversée de l’atlantique

Dans l’Amérique lointaine, les immigrants napolitains ont reproduit leurs pizzas classiques et croustillantes à Trenton, New Haven, Boston, Chicago et St. Louis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

 Les Napolitains sont venus aux États-Unis pour travailler dans les usines, comme des millions d’Européens. Lorsque les saveurs et les odeurs de la pizza ont intrigué les non-Italiens et les non-natifs, l’engouement avait déjà commencé.

L’après-guerre : l’expansion de la pizza

La pizza était peu accessible avant la Seconde Guerre mondiale, car elle était principalement consommée par les Italiens de souche vivant dans les zones urbaines. Après la guerre, alors que les Italiens et leur cuisine migraient des villes aux banlieues d’est en ouest, la pizza est devenue plus courante.

Comme elle n’était plus considérée comme un mets ethnique, elle était de plus en plus identifiée comme un aliment rapide et amusant. Les pizzas californiennes, garnies de poulet barbecue au lieu de la mozzarella habituelle, ont été développées.

La pizza américaine a finalement atteint l’Italie et au-delà après la guerre. Les jeans, le rock and roll et la pizza sont tous devenus populaires dans le monde entier parce qu’ils étaient américains.

Outre les établissements internationaux de Domino’s et de Pizza Hut, une soixantaine de pays disposent désormais de points de vente Pizza Hut. La pizza est l’un des aliments favoris du monde entier, mais les régimes et les goûts locaux varient. À Curaçao, le gouda est populaire, tandis qu’au Brésil, on préfère les œufs durs.